Le feu s’est éteint. Tandis que le jour se lève, il devient évident que peu de choses ont survécu à la conflagration de la nuit. La charpente de cette vieille bâtisse a été rasée. Ne demeurent que l’odeur siccative des cendres, et les débris tachés de suie : des souvenirs de souvenirs. Maintenant, le lieu est vidé. Même la vision extrême : les poches fumantes d’idées avortées et de rêves mercuriques se sont elles aussi évaporées dans un coin de ciel bleu. Ce qui reste est magnifique de simplicité.

L’imago a survécu aux flammes de l’enfer. Et désormais, le cheminement de sa signification est clair.

De ce qui était une blessure cendrée dans la terre, ont jailli, par une déhiscence miraculeuse, de nouvelles œuvres, un nouvel élan dans la vie, dans la créativité, dans l’art.

Mon projet sur le long terme, qui utilise de nombreuses techniques « traditionnelles, réalistes », consiste à fusionner les interprétations que je fais des symboles, tropes et paradigmes communs, avec les idées transculturelles pour obtenir de nouvelles formes porteuses de sens en utilisant une assimilation picturale que j’ai déjà exprimée dans les œuvres anti-surréalistes de réalité hyper-plastique.

* * * *

Né à St. George's, (Bermudes) Royaume-Uni, en 1961

• Maryland Institute College of Art, États-Unis, peinture, dessin, sculpture
• University of Maryland, États-Unis, BA (4 ans), Arts Visuels
• Studio Escalier, Paris, FRANCE, séminaires dans la peinture et le dessin de la vie

* * * *

Si la vérité est possible dans l’expression de l’artiste, on pourra la trouver dans cette tentative passionnée de mêler toutes les expériences pour créer des formes nouvelles et porteuses de sens : les nouveaux symboles et les nouvelles images qui sont peut-être primordiaux pour mieux comprendre notre temps.
— remerciements à James Joyce et au Dr Rollo May

Aussi sombre que puisse être la nuit, la lumière du jour finira toujours par revenir.
— Proverbe africain

Tout est apporte de l’eau au moulin pour l’artiste.
— Henry Valentine Miller

Celui qui saute dans le vide n’a plus de comptes à rendre à ceux qui le regardent.
— Jean  Luc Godard

Identifiez-vous Créez un compte

Vos informations ne seront pas vendues. Notre politique de confidentialité.

 

×

 
×
Vous avez oublié mot de passe et/ou identifiant ?
×

Go up